Les débuts de SMA au Canada

En 1977, le professeur Ted Litherland et son groupe ont montré que le radiocarbone pouvait être analysé à l'aide d'un accélérateur en tandem, car l'isobare 14N, abondant, ne formait pas d'ions négatifs et n'interférait donc pas avec le 14C. À partir de cette découverte, la spectrométrie de masse par accélérateur (SMA) s'est développée et a été appliquée à l'analyse d'autres radio-isotopes à longue durée de vie, comme le 10Be, le 26Al, le 36Cl et le 129I.

Ted a ensuite créé IsoTrace à l'Université de Toronto, la première installation de SMA au Canada. Toujours à la fin des années 1970, les docteurs Earle Nelson, John Southon et John Vogel ont contribué de manière significative au développement de l'AMS pour la datation au 14C sur l'instrument FN SMA de l'Université McMaster. Par la suite, IsoTrace est devenu le seul instrument au Canada. Pendant trente ans, IsoTrace a fourni des analyses de radiocarbone et d'iode radioactif aux chercheurs du Canada et de l'étranger. L'installation de l'accélérateur IsoTrace a été fermée en 2013.

Création du laboratoire AEL-SMA

En 2008, la communauté AMS a soutenu une initiative visant à acquérir un système SMA de nouvelle génération capable de gérer le débit élevé requis par la communauté de recherche canadienne, la gamme de radio-isotopes en demande, et de soutenir la recherche et le développement de nouvelles technologies AMS.

L'Université d'Ottawa, en collaboration avec la Fondation canadienne pour l'innovation et le Fonds ontarien pour l'innovation, a financé la construction d'un nouveau bâtiment pour abriter les laboratoires, le SMA et un nouveau centre de photonique. L'installation de l'AEL-SMA a commencé à fonctionner en 2015 grâce à une subvention de 34,7 millions de dollars de la FCI/FOR et à la construction du complexe de recherche avancée (ARC). En 2017, un FCI-FI de 9,6 millions de dollars (PI Cornett) a été obtenu pour un deuxième AMS 14C dédié et pour améliorer la préparation des échantillons et les capacités analytiques de l'installation.

Membres fondateurs

La prévoyance et le leadership du laboratoire sont venus du vice-président de la recherche (maintenant le conseiller scientifique principal du Canada), le Dr Mona Nemer, du président Allan Rock et des membres fondateurs de l'AEL-SMA, les Drs Ian Clark, Jack Cornett et Liam Kieser.

À la mémoire

Le champion le plus infatigable a sans doute été le doyen des sciences, M. André E. Lalonde. André a travaillé à tous les niveaux sur le campus et à l'extérieur pour la construction du complexe de recherche avancée qui abrite nos laboratoires AMS et géoscientifiques ainsi que les laboratoires de recherche en photonique. Malheureusement, André est décédé à la fin de 2012, à un an de la concrétisation de sa vision. 

Robert John « Jack » Cornett était un scientifique accompli. Il aimait s’interroger, découvrir et explorer, tant dans le domaine des sciences que dans celui du plein air. Sa famille, ses amis et ses collègues de la faculté des sciences de l’université d’Ottawa ont été renversés par la nouvelle de sa mort subite. Pour célébrer sa vie, l’Université d’Ottawa a créé un fonds intitulé le prix Dr. R Jack Cornett – Passion pour la vie et la science.